dimanche 29 mai 2016

Le livre envolé de Piotr-Olivius Pilgrim

Le livre envolé de Piotr-Oliver Pilgrim, par Séverine Vidal, Didier Jeunesse, collection: il était une (mini) fois

Ce qu'en dit l'éditeur:

Le jeune Piotr-Olivius Pilgrim trouve au milieu d’une forêt, un livre étrange. Un livre qui semble composé d’extraits d’oeuvres des plus grands auteurs de son temps. Mais la date de parution lui met la puce à l’oreille… Et si c’étaient plutôt ces auteurs qui avaient tous puisé à la source de ce même livre pour écrire leurs récits ?
Dans un univers fantastique, Séverine Vidal nous offre ici un conte inédit sur la littérature, construit en abîme à la manière de La bibliothèque de Babel de Borges, et très librement adapté d’un récit de Georges Perec.

Ma cote d'amour: ***** Très enthousiaste

En un mot pour une copine: brillant!

mardi 17 mai 2016

Jeune fille à l'ouvrage

Jeune fille à l'ouvrage, par Oyko Ogawa, Actes Sud,

Février, 2016 / 10,0 x 19,0 / 224 pages

traduit du japonais par : Rose-Marie MAKINO-FAYOLLE
Ce qu'en dit l'éditeur:

L’oeuvre de Yôko Ogawa est depuis toujours composée d’une alternance de romans et de nouvelles, comme si la forme courte demeurait pour elle, au fi l de son parcours, une chambre noire, et plus encore la note sensible de sa partition. Ainsi les lecteurs familiers de son univers retrouveront-ils ici les thèmes qui lui sont chers : le monde secret de transmission et de confiance que les enfants partagent avec les vieillards. Les vibrations des mélodies n’existant que par-delà le silence, l’hyperacousie des êtres fragiles, l’effacement d’un temps que seul l’amoncellement d’objets semble pouvoir réanimer. L’attirance gourmande et dangereuse pour les aliments sucrés, la présence rassurante des animaux, la mort annoncée telle une avancée paisible.
Les personnages de Yôko Ogawa sont des coureurs de fond comme cette femme qui s’entraîne la nuit, trébuche et tombe. Dans cette nouvelle intituléeL’Autopsie de la girafe, une silhouette timide s’avance pour lui porter secours, une fi gure de silence qui dès lors ne quittera plus jamais les imaginaires d’Ogawa.

Ma cote d'amour: ***** J'aime
Le résumer en un mot à une amie: énigmatique

vendredi 13 mai 2016

La nature

La nature, par Ralph Waldo Emerson, Allia, 96 pages

Ce qu'en dit l'éditeur:

“La raison pour laquelle le monde manque d’unité et gît brisé et en morceaux, c’est que l’homme est séparé d’avec lui-même. Il ne peut étudier la nature tant qu’il ne satisfait pas à toutes les exigences de l’esprit. L’amour lui est aussi nécessaire que la faculté de percevoir. En fait, aucun des deux ne peut atteindre la perfection sans l’autre. Au plein sens du terme, la pensée est ferveur, et la ferveur est pensée.”
Dans La Nature, sa première œuvre, Emerson expose avec lyrisme les principes philosophiques qui dirigeront toute son œuvre : la cohérence intime de l’univers, la plénitude et l’harmonie de l’esprit individuel, la correspondance symbolique entre lois naturelles et lois morales.
Traduit de l'anglais par Patrice Oliete-Loscos.
Ma cote d'amour: *****J'aime

lundi 9 mai 2016

Guerre et guerre

Afficher l'image d'origine

 Guerre et Guerre de László Krasznahorkai, éditions Cambourakis, 368 pages


Ce qu'en dit l'éditeur:

Je ne suis pas devenu fou [...] mais je vois aussi clairement que si j’étais fou.
Petit historien local travaillant dans un centre d’archives poussiéreux situé à deux cent vingt kilomètres de Budapest, Korim, qu’une tristesse sans âge tenaille au point de lui faire perdre la tête, découvre un jour un mystérieux manuscrit que nul n’avait dérangé depuis des décennies. Ce texte, d’une force poétique bouleversante, relate l’éternelle errance de quatre figures angéliques poursuivies sur terre et à travers l’Histoire par l’extension inexorable du règne de la violence. Pénétré par l’absolue vulnérabilité de ces personnages, Korim se donne pour but de délivrer au monde l’obsédant message porté par le manuscrit. C’est à New York, au "centre du monde", qu’il décide d’accomplir cette tâche, avant d’entrevoir, au terme de sa course folle, la possibilité d’un refuge pour ses compagnons...

László Krasznahorkai

Né en 1954, Lázló Krasznahorkai est l’un des écrivains hongrois contemporains les plus importants, auteur d’une dizaine de livres, romans, nouvelles et essais. Il poursuit un projet littéraire ambitieux, totalisant, reflet de la complexité de la condition humaine dans la société post-moderne. Son style est caractérisé par une prose étirée, enveloppante, parfois labyrinthique, d’une extrême acuité.
Traduite dans une dizaine de langues, son oeuvre a été plusieurs fois primée, dans son pays et à l’étranger (prix Kossuth, la plus haute distinction littéraire en Hongrie, en 2004). Deux de ses romans ont été publiés en France, aux éditions Gallimard (Le Tango de Satan, 2000 ; La Mélancolie de la résistance2006). Les éditions Cambourakis poursuivent la publication de ses oeuvres avec la parution en 2010 de Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par les chemins, à l’est par un cours d’eau, roman d’inspiration japonisante, et la traduction aujourd’hui de Guerre et Guerre, l’un de ses projets les plus ambitieux.
Depuis 1985, il collabore régulièrement avec le cinéaste hongrois Béla Tarr pour lequel il a adapté certains de ses romans (Le Tango de Satan ; Les Harmonies Werkmeister ), mais aussi rédigé des scénarios originaux (Le Cheval de Turin).

Ma cote d'amour: *****J'aime / ***** Très enthousiaste, j'hésite!

mercredi 4 mai 2016

La dénonciation

La dénonciation, par Bandi, éditions Philippe Picquier

Présentation par l'éditeur:

Collection Corée
256 pages / 19,50 € / ISBN : 2-8097-1156-1
Bandi, qui signifie « Luciole », est le pseudonyme d’un écrivain qui vit en Corée du Nord. Après bien des péripéties, dissimulés dans des livres de propagande communiste, ses manuscrits ont franchi la frontière interdite pour être publiés en Corée du Sud. Mais pas leur auteur. Bandi a choisi de rester, lui qui se veut le porte-parole de ses concitoyens réduits au silence. Ses récits où s’expriment son émotion et sa révolte dévoilent le quotidien de gens ordinaires dans une société où règnent la faim, l’arbitraire, la persécution et le mensonge, mais aussi l’entraide, la solidarité, et l’espoir, chez ceux qui souffrent. Des récits d’une grande humanité, et l’œuvre d’un authentique écrivain.

Je vis en Corée du Nord depuis cinquante ans, Comme un automate qui parle, Comme un homme attelé à un joug.
J’ai écrit ces histoires,
Poussé non par le talent,
Mais par l’indignation,
Et je ne me suis pas servi d’une plume et d’encre, Mais de mes os et de mes larmes de sang.


Sortie en mars 2016

Ma cote d'amour: *****Très enthousiaste